Top 2020 : Cinéma

Top 2020 Cinema Danger Zone

2020 est fini, et il est temps de faire un petit bilan cinéma. Une année très complexe, à la fois d’une très belle richesse mais de l’autre côté très frustrante de part le faible temps de possibilité d’aller en salle, causé par les différentes crises sanitaires, et des décisions discutables de notre état.

Danger Zone fait et fera toujours partie des défenseurs de l’expérience du cinéma dans une salle, et aussi de l’achat en physique. Ce top 2020 est uniquement constitué de films qui ont été vu en salle et pour les rattrapages, les films ont été soit loué en VOD (sur l’excellente plateforme FilmoTV) soit acheté en Blu-ray. Nous avons bien entendu suivi en partie les sorties SVOD, mais très clairement, 2020 a été une année où à l’opposée de à quoi on pouvait s’attendre, notre consommation de SVOD a été grandement diminuée de 2/3.

Disney+ est une coquille assez vide, Netflix s’engouffre de plus en plus à proposer des productions semblables, lissées, ou bien des films mineurs de grands auteurs, et Amazon Prime tente de se distinguer en tant que meilleure plateforme de navet et nanar, avec quand même un beau palmarès comprenant Forte ou le dernier film de Keyron…

On va donc faire ici les bobo parisianos de gauche et parler de cinéma qui se consomme en salle.

Le cinéma français, grand sauveur de 2020 ?

2020, c’est l’année du cinéma français. Le cinéma français qui ose, qui tente, avec des comédies intelligentes, de tentatives de cinéma un peu plus indépendant, ou de la confirmation et du retour de ce qui fait du cinéma français un cinéma si riche.

Play de Anthony Marciano

Sorti en salles tout début janvier, Play a été la super bonne surprise de ce début d’année. Je n’ai que peu d’intérêt voir même un peu de mépris pour max boublil, mais j’ai été tenté de voir le film de par son principe même : un film en found footage racontant la vie d’un groupe de jeunes des années 90 à nos jours.

Très clairement, Play s’adresse à 100% à ma génération, en jouant ainsi la carte de la nostalgie. Une nostalgie bien faite ici car évoque ici nos souvenir personnels : ceux de nos premières soirées, nos premiers rendez-vous, nos premières relations amoureuses… Rare sont les films arrivant à toucher si précisément au bon endroit ce qu’il faut.

Selfie de  Thomas Bidegain, Marc Fitoussi, Tristan Aurouet, Cyril Gelblat et Vianney Lebasque

Selfie fait partie de ces films dont on attend rien du tout du film, et dont l’affiche augure du pire. Mais pourtant, Selfie est très certainement la meilleure comédie à sketch de l’année.

Une sorte de black mirror boomer à la française, mais qui fonctionne à 100% porté par un casting incroyable allant de blanche Gardin à Thomas de Pourquery ou encore Manu Payet. C’est drôle, malin et on passe un excellent moment ici.

Adieu les cons de Albert Dupontel

Nous devions vous parler d’Adieu les cons à l’occasion de la réouverture des salles, initialement prévue au mois de décembre. Le gouvernement en a décidé autrement…

Mais parlons de choses plus joyeuses, avec le nouveau film de Dupontel après le sublime Au Revoir Là-Haut. Adieu les cons, c’est la comédie française que l’on espérait tous avoir en salle cette année. Une comédie maligne par sa mise en scène, son écriture et ses acteurs.

Si vous cherchez un film pour revenir dans les salles faiblement éclairées en début d’année prochaine, Adieu les cons sera un choix de maître.

Lux Aeterna de Gaspar Noé

Lux Aeterna, c’est l’expérience à vivre en salle, et nous dirions même quasiment uniquement en salle.

Le moyen métrage de Gaspar Noé a été un véritable coup de cœur. Mais si vous souhaitez nous entendre en parler davantage, nous avons sorti un joli papier sur le film.

Antoinette dans les Cévennes de Caroline Vignal

20 ans, c’est ce qu’il aura fallu à Caroline Vignal pour réussir à sortir un second long métrage. Antoinette dans les Cévennes, c’est un superbe récit initiatique d’émancipation comme on en voudrait plus souvent dans le cinéma français.

Mais c’est également une des plus belles comédies, des plus drôles, des plus malignes que l’on ai vu cette année avec Adieu les cons, porté ici par une Laura Calamy dont nous souhaitons tout simplement tomber amoureuse, et Patrick, l’âne incroyable qui joue ici un rôle extraordinaire et nous a provoquer le plus gros fou-rire en salle de l’année.

Toute la musique que j’aime

La voix du succès de Nisha Ganatra

Chez Danger Zone, comme vous le savez, nous sommes de gros addict de musique et de cinéma qui parle de musique. 2020 a été un peu une vache maigre de ce côté là. Du coup, quand La voix du succès est sortie, nous avons foncé voir ce film aussi insipide au premier abord.

Et au final, on se retrouve avec un film autour de la musique très attendu, mais avec pour le coup une dimension musicale franchement réussie de bout en bout, rendant le film vraiment cool sur cet aspect là. Un film dans le top faute de mieux.

White Riot de Rubka Shah

Le film musical de l’année… est un documentaire sur le punk. Après un premier court métrage découvert à Clermont-Ferrand, White Riot arrive dans un format long métrage par la même équipe.

Ici, c’est une vraie plongée dans le punk sous toutes ses formes dans une Angleterre de Tatcher, le tout porté autour de la création du festival Rock Against Racism, véritable événement marquant de la fin des années 70.

Le documentaire est également l’occasion de mettre en lumière de sublimes groupes et une véritable diversité du mouvement punk inconnus du grand public (nos chouchous de X-Ray Spex notamment).

Un documentaire incontournable dont l’édition DVD signée The Jokers/La Rabbia vient de paraître.

Le genre, on l’aime comme ça

Antebellum de Gerard Bush et Christopher Renz

Ne regardez rien avant de voir le film !

Si vous souhaitez voir Antebellum, ne regarderez rien, ne lisez rien autour du film. Tout le marketing autour est un ratage complet, vendant mal le film et va même à l’opposé de la volonté même du film, dans son déroulé et ses plot twists.

Ce qui est vraiment dommage car Antebellum fait partie de ces belles réussites en terme d’elevating horror, avec un message politique bien mis en avant.

Relic de Natalie Erika James

Relic, c’est la bombe d’horreur que l’on attendait cette année. Un film qui arrive à tout le temps rester ancrer dans le réel, dans une peur vraiment pure, celle de veillir, mourir, et de l’héritage que l’on laisse.

Un film organique digne d’un Cronenberg, aux influences fortes telles que la maison des feuilles, et qui très clairement, vous mettra une claque dans la tronche qui vous immobilisera pendant de longues minutes après le générique de fin.

Mafia inc. de Podz

A Danger Zone, on aime vraiment le cinéma québécois. Nous avions d’ailleurs parlé précédemment de l’excellent Charlotte a du Fun. Aujourd’hui, on part dans le film de mafia très très sérieux de Mafia Inc.

Les amoureux du genre seront ravis de découvrir une oeuvre qui va jusqu’au bout de sa démarche pour proposer le meilleur film de mafia depuis A Most Violent Year, tout simplement.

La curiosité est le plus beau des défauts

Jumbo de Zoé Wittock

Jumbo raconte l’histoire d’amour entre Jeanne et Jumbo, une attraction du parc où elle travaille. Un amour impossible, mal vu par sa mère.

Jumbo est d’une force, d’une finesse et d’une écriture folle. Une vraie proposition de cinéma originale que l’on veut vivre le plus souvent possible. Le tout porté à l’écran par une Noémie Merlan incroyable de bout en bout. Pour son premier film, Zoé Wittock envoie du lourd !

Felicità de Bruno Merle

13 ans après son Héros, Bruno Merle revient avec Felicità (joie en italien), un film sorti initialement en salles pendant la période de l’entre deux confinements.

Felicità, ce sont les 24h précédent l’arrivée au collège de Tommy, petite fille de Tim et Chloé. Et c’est tout ce que j’ai envie de raconter de l’histoire car Felicità fait très clairement partie de ces films que l’on lance sans en savoir plus. On se laisse emporter dans cet univers et cette écriture dès les premiers instants, et on s’attache directement a cette famille ressemblant à une version moderne de Bonnie & Clyde.

Felicità est un film doux, qui se déguste avec grand plaisir, et qui fonctionne à chaque instant, nous laissant au final, avec un vrai sentiment de joie de vivre, et c’est beau en ces temps-ci.

Bien entendu nous vous invitons à nous donner vos coups de cœur de 2020 et nous vous donnons rendez-vous tout bientôt pour vous révéler notre Danger Zone Best Movie Awards.

Publié par AntoineRp

Blogger, musicien passionné bossant dans la com. Je bosse également pour Actugaming.net !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :