Critique du placard : Music is My life de Gurinder Chadha

Il est souvent de mauvaise augure de voir arriver un petit film indépendant en France avec un titre changé… pour un autre titre en anglais ! En effet, le film d’aujourd’hui ne sera ni un film avec un gros budget ni un film au final considéré par sa distribution française, répondant au nom de Music is My Life. Et pourtant, ce film vaut pourtant un visionnage !

Music is My Life (ou plutôt Blinded By the Light) est le nouveau film de Gurinder Chadhar. Une réalisatrice que tous connaissent pour son film Joue-la comme Beckham. Ne vous enfuyez pas, il ne sera pas question ici de football, mais bel et bien de communauté pakistanaise en Angleterre, prenant place dans le trou paumé anglais de Luton.

Comme nous vous le disions, le thème de ce film ne sera pas le football, mais Bruce Springsteen. Nous sommes en 1987 à une époque où les jeunes sont plus intéressés par Duran Duran que par The Boss et on les comprends. Le titre original du film est comme vous devez vous en douter, le titre d’une chanson de Bruce Springsteen, qui a également son importance dans l’histoire. Music is My Life est donc encore une fois un titre raté du département marketing des distributeurs et c’est bien dommage.

A cette époque, le chanteur du New Jersey vient de sortir Tunnel of Love qui sera son dernier gros carton avant les années 2000. La Bossmania touche à sa fin et les jeunes ont depuis longtemps laissé tomber sa musique. D’autant plus que pour une partie de la population, notamment britannique, ils ne voient en Born in the USA qu’une chanson patriotique.

Music is My Life vous propose donc de suivre les péripéties de Javed, un jeune pakistanais qui, amoureux des mots, décide de d’étudier la littérature à l’encontre de la volonté de son père en qui il voit uniquement futur père de famille devant subvenir aux besoin de tous.

C’est la rencontre avec ce qui deviendra son futur meilleur ami qui l’entraîne dans la découverte de Bruce Springsteen et de ses paroles. Il va ainsi se mettre à vivre au travers des paroles de l’artiste, et entamer un chemin initiatique qui le conduira jusqu’à son départ pour l’université.

Qu’on se le dise tout de suite, Blinded By the Light n’est pas le plus grand film de l’année. La caméra de Gurinder Chadhar est toujours aussi douée pour se glisser dans l’intimité des familles mais reste tout de même très sage, encore plus flagrant lorsque l’on sort a peine de Yesterday quelques mois plus tôt.

« But if dreams came true, oh, wouldn’t that be nice,
But this ain’t no dream we’re living through tonight,
Girl, you want it, you take it, you pay the price. »
Bruce Springsteen, Prove It All Night

C’est dommage car l’histoire de Javed, inspirée de l’histoire de Sarfraz Manzoor, trop classique dans sa forme, fonctionne tout de même bien. La réutilisation des différentes chansons et paroles du Boss reste à chaque fois un petit évènement en soi, où il sera difficile de ne pas se retrouver à pousser la chansonnette ou tirer une petite larme lorsque les premières paroles de The River sont chantée par le boss lui-même, au travers d’une cassette vidéo pirate.

On pourra noter que l’idée de base, celle de faire des simili-clip des morceaux de Bruce, que ce soit avec les paroles affichée ou avec une mise en scène chorégraphiée sortant d’une comédie musicale, fonctionne un peu mais devient au final assez poussif et n’aide pas à redonner du peps au final.

Ce que l’on retient au final c’est que l’on veut surtout se pencher davantage sur la vraie histoire derrière le film, chose possible avec l’autobiographie de Sarfraz Manzoor : Greetings from Bury Park. Et c’est dommage car le film a tout pour fonctionner, et fonctionne même dès que la chanson est poussée !


Pour aller plus loin sur le sujet de Bruce Springsteen :

  • A voir : Springsteen & I de Baillie Walsh
  • A lire : Born to Run de Bruce Springsteen
  • A Écouter : The River ou Darkness on the Edge of Town
  • A vivre : La tournée 2020  (nous attendons toujours les dates d’ailleurs)

Music is My Life est un film qui, si il ne brille pas véritablement à aucun moment, reste un excellent divertissement du début à la fin. Si vous êtes fan du Boss, ou que vous voulez voir un film sans prise de tête, le dernier film de Gurinder Chadhar est un bon choix !

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.