Païaka à la Coopérative de Mai

A l’occasion de la sortie de leur nouvel album, nous avons assisté à la Release party de Païaka dans l’enceinte de la mythique salle de la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand. On vous raconte cette soirée sous le signe du groove et du reggae.

Difficile aujourd’hui lorsque on parle de musique en France de ne pas évoquer la scène reggae. Depuis une grosse vingtaine d’années maintenant, de nombreux groupes ont permis d’avoir aujourd’hui une des scènes les plus fleurissante. Il suffit d’évoquer des groupes comme Dub Inc, Danakil ou encore Babylon Circus pour voir la diversité de notre scène musicale.

A peine un petit mois après la sortie de The Line, Païaka décide de faire la fête à la maison pour célébrer ce nouvel album. C’est à la Coopérative de Mai, salle de concert de Clermont-Ferrand que la release party a eu lieu. Une soirée qui a été ouverte tout d’abord par City-Kay. Groupe rennais de reggae, City-Kay propose une musique à la contrée des genres. Du dub au rap en passant par la pop, le reggae du groupe est teinté de groove et de sonorités originales pour le genre. A noter la performance du guitariste solo du groupe et de sa performance cinq étoiles. Par contre, on souhaite s’excuser de ne pas avoir de photo du groupe, une boisson houblonnée bloquant nos mains de toute création photographique.

Quelques minutes plus tard, le temps d’effectuer un changement de plateau, Païaka monte sur scène. C’est tout en sobriété que le groupe apparait sur scène, afin de débuter le concert de façon festive avec What a World, premier morceau issu du nouvel album du groupe, The Line. On voit dès les premiers instants que le groupe est heureux d’être là ! Juste après la sortie de ce second album, le groupe est en plein rodage de leur show avant la tournée qui prendra place rapidement. Alternant morceaux du premier et du nouvel album, le groupe s’amuse à bouger sur scène, les cuivres se déplaçant à différents endroit. On peut déjà voir que l’aspect purement show de l’ensemble est déjà en place. Spelim, chanteur du groupe et véritable showman prendra souvent la parole durant et entre les morceaux, afin de présenter le groupe, les chansons, le nouvel album, mais aussi tout simplement afin de chauffer le public. Le public répondra d’ailleurs à chacune de ses demandes, dansant, chantant en communion avec le groupe. Les cuivres ont eux aussi une place prépondérante dans la dynamique du concert. que ce soit dans leur jeu de scène, avec leur déplacements constants, ou les mélodies qu’ils jouent avec précision et groove.

Une des grandes qualités du concert, c’est la capacité du groupe à l’avoir conçu en effectuant de véritables réarrangements de l’ensemble de leurs morceaux. On voit ainsi que chaque morceau à été joué, rejoué, et imaginé différemment par le groupe, montrant ainsi une véritable évolution et remise en question du groupe. On pourra par exemple parler de ce nouvel arrangement issu du remix de James Laffite de What For, transformant le morceau en véritable grand moment electro-dub du concert. Et, bien que le show soit calibré comme nous avait dit le groupe en interview précédemment, cela n’empêche pas Spelim de se marrer en se trompant de morceau dans la setlist, annonçant Puff en lieu et place de Sweet and Cool. Un moment amusant prouvant que le groupe ne se prend pas au sérieux et est là pour s’amuser ce soir.

Le set suit son cours, avant de s’achever avec une version survoltée de Old Man Say, nouveau classique instantané du groupe en concert. Il est d’ailleurs intéressant de voir que lors du rappel, le groupe jouera de nouveau un refrain d’Old Man Say afin de réchauffer immédiatement la salle. Dernière surprise du concert, le groupe invite leur ancien tromboniste/saxophoniste afin de finir le concert de la plus belle des façons, notamment avec Like a Candle, un des grands moments de ce concert.


Setlist :

 

What a World
Take it as it is
Many Faces
Tomorrow People
Natural Heart
Another Land
What For – James Laffite Remix
Sweet and Cool
Puff
Right Down The Line
Your Voice
I’m Free
Old Man Say

For The Words
Painters
Like a Candle
Crazy


Païaka sera, en 2018, un groupe incontournable sur la scène reggae française à voir en concert. Avec un show assuré, un son et lumière bien conçu, avec une vraie énergie scénique ainsi qu’une communication avec le public. Difficile de ne pas craquer face à ce groove et aux morceaux qui vous feront danser toute la soirée. On souhaite d’ailleurs remercier Païaka ainsi que iWelcom qui ont permis de pouvoir assister dans les meilleures conditions possibles au concert, effectuer les photos que l’on voulait et rencontrer le groupe.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.