Top/Flop 2017 : Séries TV

C’est la fin de l’année ! J’espère que vous passez de bonnes fêtes, que vous mangez bien et que vous avez été gâté. Pour fêter la fin de l’année comme il se doit, je vous propose comme chaque année, un Top/Flop de cette année 2017 !

Cette année 2017 a été pour le coup plutôt chargée en terme de sortie, notamment culturelles et artistiques. Pour ce premier article, je vous présente mon Top/Flop concernant les séries télévisées. Attention, je ne parlerais ici que des séries que j’ai vu et qui sont sorti en salle depuis le mois de Janvier 2017. Atlanta de Childish Gambino ne fera donc malheureusement pas partie de la liste. Les séries seront classées en trois catégories : Top pour mes coups de cœur, Meh pour des séries moyennes et Flop pour mes déceptions et coups de gueules.

The Handmaid’s Tale

Une des plus belle réussites de l’année ! The handmaid’s Tale se place dans un univers dystopique où les femmes fertiles deviennent des esclaves envers les familles riches et non fertiles, dans le but de procréer. L’univers décrit est très violent, très bien fait aussi. Cette première saison nous place dans la peau de Offred, une des servantes devant obéir à ces règles, arrivant dans une nouvelle demeure.

La série est une véritable réussite. que ce soit en terme de narration, rythme, réalisation, musique, tout est fait pour vous transporter dans cette atmosphère et ce monde poisseux et angoissant. Une série immanquable de cette année ! Peu de série m’ont fait un tel effet en une et unique saison.

The Deuce

Une des séries que j’attendais le plus est enfin arrivée ! The Deuce est la nouvelle série du grand David Simon, a qui l’on doit deux des plus grand chef d’oeuvre du petit écran : The Wire et Treme. The Deuce raconte quand à lui le New York des années 70, mais pas n’importe lequel, celui du sexe, de la prostitution et du cinéma pornographique. The Deuce est d’ailleurs le nom attribué à ces rues de New York qui à cette époque, était principalement réservée à ces métiers du sexe.

Comme dans toute série de David Simon, la réalisation et le soin de reconsitution est monstrueux. Avec une approche quasi documentaire, tout en ajoutant par dessus des intrigues, la série fonctionne parfaitement, tissant un portrait de New York de cette époque peu voir jamais vu. Porté en plus par une bande son de l’époque groovy a souhait, et d’un casting 4 étoiles, The Deuce est une des très grosses séries de l’année, et un de mes coups de cœur ultime de 2017 !

Mindhunter

Après House of Cards, David Fincher est revenu cette année avec une nouvelle série, appelée Mindhunter. Le concept est simple : on suit une petite équipes du FBI qui pendant les années 70, tentent de créer un véritable département de la criminologie psychologique, afin de cerner les profils psychologiques des différents tueurs en série.

La série est une belle réussite, avec un ton qui se rapproche de ce qu’a pu faire David Fincher avec Zodiac. Cette première saison se distingue d’ailleurs en deux partie, avec une première renouvelant completement le genre de la série policière, où l’on va suivre les différents interrogatoire, avant de commencer, dans la seconde partie, a mettre en pratique les théories psychologiques découvertes. Une belle réussite formelle qui plaira aux amateurs de suspens !

13 Reasons Why

Peu de séries dite adolescente ont su me faire plaisir ces dernières années. 13 Reasons Why, adapté d’un livre que j’ai lu en amont de la série, afin d’avoir une idée de ce que j’allais regarder. L’histoire m’avait pour le coup vraiment intéressé et j’étais curieux de voir la différence entre le support d’origine et l’adaptation. 13 Reasons Why raconte l’histoire du jeune Clay Jensen, recevant un jour une boite contenant 7 cassettes audios, contenant les treizes raisons pour laquelle son amie Hannah s’est suicidée.

13 Reasons Why traite tout d’abord d’un thème très lourd, le harcèlement. Il le traite, que ce soit dans le livre comme dans la série, de très bonne façon, et va même très loin. Il est rare de voir une série adolescente prendre aussi sérieusement un tel sujet et c’est une excellente chose, car la série est une véritable réussite. Les acteurs jouent réellement bien, et le travail d’adaptation est pour le coup remarquable. Un véritable tour de force a été effectué concernant l’écriture de la série et le rythme de celle-ci. Beaucoup de différences sont présentes entre la série et le livre, mais ont été pour le coup bien justifiée et exploitée, permettant à la série de vivre par elle-même. On voit que certains choix, tel que la temporalité, le suicide en lui-même, ont été repensé de façon a coller davantage visuellement ou narrativement. La série a été renouvelée pour une seconde saison ce qui pour le coup me laisse totalement dubitatif : l’histoire étant terminée, quoi raconter? Je regarderais surement par curiosité, mais il est sur que l’impact ne sera pas le même.

Big Mouth

Une nouvelle série d’animation pour adulte, en 2017? Et oui, c’est encore possible ! Je suis désolé de ne pas pouvoir parler de LastMan (sorti fin 2016) qui est un de mes très gros coup de coeur de l’an passé, mais une nouvelle série, humoristique cette fois-ci, est arrivée cette année, prête à tout balancer par la fenêtre.

Big Mouth, c’est l’histoire d’un groupe de gamin, en pleine adolescence, en train de vivre leur passage de la puberté. C’est cru, ça parle de sexe, d’alcool ou encore de sexe, mais qu’est-ce que c’est bon ! C’est écrit de mains de maître, c’est drôle à chaque instant, ça va même très très loin, mais c’est peut être la série la plus drôle que j’ai pu voir depuis bien longtemps ! L’épisode de la fête est d’ailleurs un des meilleurs épisodes comique qu’il m’ait été donné de voir depuis la saison 1 ou 2 de Bojack Horseman.

mais aussi : American Gods, Legion, Last Chance U saison 2, Black Mirror saison 4Big Little Lies, Master of None saison 2, Preacher Saison 2

Doctor Who saison 10

Difficile après une saison 9 d’une telle qualité de continuer à proposer une série de cette qualité chaque année. Dernière saison de Moffat et de Capaldi. L’occasion de cette saison 10 a été également de voir arriver (et repartir) une nouvelle compagne, ayant pour nom Bill Potts. J’ai déjà eu beaucoup de mal avec le personnage de Bill Potts qui ne m’a jamais intéressé pour le coup. Cela n’a pas aidé à me faire adorer cette saison.

Le soucis de cette saison est clairement son manque de direction, la série avait réussi avec la saison 9 à nous mettre une véritable claque, avec la mort de certains personnage, la remise en question même du docteur dans l’ensemble de ses actes, tout en dévoilant un des docteurs les plus sombre, joué de main de maître par Peter Capaldi. Selon moi, il n’y aurait jamais du avoir de saison 10 avec Capaldi en tant que docteur. Son cycle de docteur aurait du se conclure sur ce moment là, ce qui était fort, puissant, jamais vu dans la série. Du coup, la seule chose que je puisse faire est d’attendre cette prochaine saison avec impatience, qui nous permettra de vivre les premières aventure de Jodie Whitaker en tant que Docteur et Chris Chibnail à la direction du Show ! Beaucoup d’attente en tout cas de mon côté en espérant voir un vrai renouveau dans la série !

Bates Motel saison 5

Bates Motel est une série racontant l’adolescence de Norman Bates, le célèbre tueur de Psychose, nous faisant ainsi découvrir son passage vers la folie. La saison 5 prend quand à elle le pas sur le livre et raconte à sa manière ces événements.

Avec cette cinquième saison, Bates Motel a tiré sa révérence en cette année 2017. Le résultat est au final un peu mitigé. La série a su, lors de sa seconde mais surtout troisième et quatrième saison proposer une série à suspens réussi, mais à souffert durant toute cette série du jeu de rôle inconstant de Freddie Highmore qui était pourtant fait pour le rôle.

Marvel’s Runaways

Sur l’ensemble des séries provenant de l’univers Netflix, une d’entre elle a retenu mon attention (en plus de Legion), Marvel’s Runaways. Suivant un groupe d’adolescents, la série raconte comment cette troupe va se transformer en véritable équipe de choc pour affronter… leurs parents faisant parti d’un groupe étrange.

La série m’a laissé pour le coup sur ma faim, tout en restant au dessus de tout ce qu’a sorti Netflix en terme de super héros cette année. Les acteurs jouent bien mais c’est le scénario ici qui pêche et a du mal à convaincre.

Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire

Après un film en 2004, La série de livres Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire arrive en série télévisée via Netflix. Remplaçant alors tout le casting, dont le personnage du comte Olaf, interprété par le passé par Jim Carrey et repris par Neil Patrick Harris.

L’avantage du passage d’une série de livre en série télévisée, c’est son rythme. Là où le film condensait trois livres en un film de 1h40, chaque livre possède le temps de développement nécessaire de deux épisodes. En divisant ainsi sa série, chaque opus peut se permettre de développer un univers visuel, un cast évoluant à chaque fois, tout gardant certaines constantes bienvenues et mise en place dans la série. Mention spéciale à l’utilisation du narrateur faite dans la série, tel un Hitchcock présentant un épisode de sa série, interprété de main de maître par Patrick Warburton.

The Get Down

Divisé en deux parties, The Get Down raconte un New York des années 70 des quartiers de la ville où les gangs dirigent les rues. Au lieu de raconter ces histoires là, The Get Down raconte la naissance d’un des genres musicaux les plus célèbres aujourd’hui : le Hip-Hop.

Après une première partie plutôt intéressante, la seconde partie, sortie cette année, conclue cette série aussi rapidement qu’elle est arrivée. et le résultat final est vraiment en demi teinte. D’un côté la série tente de raconter a sa manière une histoire empli de fait historiques et marquant de l’histoire même de la musique, mais la réalisation et l’écriture de Luhrmann transforme le tout tel un conte de fée, en rendant même la musique, pourtant élément central, en soupe commerciale, dommage.

mais aussi : Orange is the New Black saison 5, Les Grands saison 2, Sillicon Valley saison 4

 

Stranger Things saison 2

Et oui, je n’ai pas aimé cette saison deux de Stranger Things ! Vous pouvez d’ailleurs si vous le voulez me torturer en commentaire, faire ce que vous voulez, ça ne changera pas grand chose.

Prenant place quelques temps après les événements de la première saison, cette nouvelle saison suit les personnages que tout le monde adore déjà dans de nouvelles aventures. Cette saison à plusieurs problèmes, la première est le fait de vouloir a tout prix montrer que la série se passe dans les années 80. C’est poussif au possible, ça fait des références forcées, et au final la série pourrait se passer à n’importe quelle époque. Quand on place une histoire dans une époque, on doit le justifier et surtout mettre en avant l’importance de cette époque dans le récit. Le second soucis selon moi concerne l’écriture de la série qui est tout simplement absente. Si vous voyez la mini-série making of de la saison 2, on voit que les réalisateur n’ont strictement rien a dire, et en plus de ça, ont dit qu’ils ont écrite la saison 2 sur uniquement 1 scène ! A un moment c’est impossible de faire une série de qualité dans de telles conditions. Et pour couronner, on a quand même le temoignage d’une des actrices disant que sa scène de baiser était un peu forcée, et que c’était son premier baiser… C’est limite pour moi.

The Good Place

On en fait des caisses pour cette série, qui, avec pourtant un excellent concept, ne m’a jamais vraiment séduit au final. Le pitch de base est pourtant génial : on suit Eleanor (Kristen Bell) qui vient de mourir, et se retrouve au final au Bon Endroit (The Good Place), là où les meilleures personnes arrivent après leur mort. Le seul soucis, c’est que Eleanor est tout sauf une bonne personne…

Voilà, ça c’est le pitch de base. Le soucis, c’est que ce concept, hilarant et brillant, est jeté et écrasé au sol à la finThe Good Place

On en fait des caisses pour cette série, qui, avec pourtant un excellent concept, ne m’a jamais vraiment séduit au final. Le pitch de base est pourtant génial : on suit Eleanor (Kristen Bell) qui vient de mourir, et se retrouve au final au Bon Endroit (The Good Place), là où les meilleures personnes arrivent après leur mort. Le seul soucis, c’est que Eleanor est tout sauf une bonne personne…
Voilà, ça c’est le pitch de base. Le soucis, c’est que ce concept, hilarant et brillant, est jeté et écrasé au sol à la fin de la première saison, pour partir vers une orientation qui m’a pas plu du tout, et je trouve fait perdre à la série tout son potentiel humoristique. Une vraie déception quand on voir le potentiel de la série. de la première saison, pour partir vers une orientation qui m’a pas plu du tout, et je trouve fait perdre à la série tout son potentiel humoristique. Une vraie déception quand on voir le potentiel de la série.

Marvel’s Iron Fist

On n’a l’impression qu’encore plus que les films, on est littéralement abreuvé de séries issus de l’univers Ma une série tout les 3 mois du côté de Netflix on était quasiment sur de voir un jour la qualité baisser au vu de la quantité. Après un Luke Cage sympathique mais vraiment classique, est arrivé Iron Fist. C’est simple, c’est la série m’ayant fait arrêter les séries Marvel par Netflix (oui, Punisher, je te verrais pas de suite).

Scénario inexistant, jeu d’acteur peu voir pas présent, réalisation banale au possible. Le nombre de cliché à la seconde est vraiment violent et au final, on sort de cette série avec une bouche bien pateuse, comme si on avait fait la bringue la veille, mais que Iron Fist était le verre de trop, celui qui te fait passer une salle nuit et un mauvais lendemain.

Star Trek Discovery

L’annonce il y a deux ans d’une nouvelle série Star Trek avait placé ma hype à un niveau assez fou. Oui, je suis à la fois fan de Star Trek et de Star Wars, aussi fou que cela puisse paraître. J’adore notamment la série originale ou Next Generation qui font partie des meilleures séries télévisée jamais sortie, ayant de plus véritablement révolutionné le monde de la science fiction et de la série télé. Peu de choses avait filtré par la suite et on était en droit de se demander où en était le projet. Et puis paf d’un coup, on apprend que la série sortira en simultané en france via Netflix, et on se retrouve avec les quelques premières images et informations concernant le scénario. Mais on était encore loin de voir ou même d’imaginer un tel naufrage…

Suivant une humaine du nom de Michael Burnhman, élevée selon la culture Vulcaine par Sarek, on la verra exercer sur le vaisseau USS Discovery après avoir été condamné pour des actes commis lors d’un conflit contre les Klingons sur son ancien vaisseau. Le soucis principale de cette série est que l’esprit même de Star Trek n’est au final pas présent. Que ce soit la découverte des planètes, l’importance du dialogue et de la diplomatie, cette dimension du coup humaniste de la série. Discovery balaie tout cela pour proposer une série d’action sous teinté de science fiction, et oublie d’être une série de science fiction et encore plus, d’être Star Trek.

The Big Bang theory saison 10-11

Car j’aime tirer sur une ambulance de temps en temps, ça soulage.

The Big Bang Theory depuis sa troisième saison  est devenue sa propre caricature. En plus de cela l’humour, qui pouvait marcher faire mouche jusqu’à la saison 5 ne fonctionne donc plus depuis ce moment là. TBBT est et reste une des pires sitcoms produites depuis plusieurs années, et je ne comprend pas pourquoi elle reçoit encore autant d’audience aux USA, et que les acteurs peuvent être autant payé…

mais aussi : Riverdale, Marvel’s The Defender, Young Sheldon, Smilf, The Orville…

Publicités

2 commentaires

  1. J’ai regardé peu de séries en 2017 mais je suis tombée sur 13 reasons why. J’ai regardé plusieurs épisodes. J’ai arrêté un peu à contre coeur parce que j’avais très envie de connaître le déroulement de l’histoire. En fait l’histoire attise énormément ma curiosité. Mais malheureusement, je trouvais globalement les épisodes trop longs et c’est pour ça que je n’ai pas continué.

    • C’est vrai que le rythme est un aspect important dans une série télévisée. J’ai trouvé que 13 Reasons Why s’en sortait très bien, mais je peux comprendre que le format puisse refroidir par moment, tout dépend de l’habitude de consommation de série que l’on a.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.