Live Report : Babymetal à La Cigale de Paris

Je suis un amateur de musique japonaise, et ça depuis maintenant quelques années, avec tout d’abord des groupes de musique plutôt extrême comme les excellents Maximum the Hormone, ou Seikima-II, puis des groupes plus mainstream du japon comme les Perfume, l’Arc~en~Ciel, ou les mondialement connus X-Japan. C’est en 2010 qu’est apparu pour la 1ere fois le groupe Babymetal, et là ce fut LA claque. Pour la première fois on entendait un mélange des plus improbables : la rencontre entre le métal et la J-pop tel que l’on peut entendre chez les Passpo ou les Morning Musume.

C’est donc 4 ans après leur création et un album au compteur que le trio des jeunes chanteuses est arrivé dans notre capitale, accompagné du kami-band, groupe accompagnant les chanteuses lors de performances sans playback. C’est donc dans des conditions optimales que j’ai pu découvrir le groupe en concert, d’autant que La Cigale, sans être une salle spécialisée dans les concerts de rock/métal, s’en sort tout a fait en terme d’acoustique.

Il est donc 19h lorsque le concert débute, avec une introduction sous forme de vidéo, présentant le concert, ainsi que la tournée européenne, avec notamment des parodies de logos de groupe célèbre (Megadeth, Metallica, Iron Maiden) à la sauce Babymetal. Les premières notes de Babymetal Death retentissent et la foule est déjà chauffée à blanc, des pogos commencent par endroits, les wotas (des fans de J-pop) avec leurs glow-sticks (des batons lumineux) s’agitent à tout endroits. Le groupe enchainera sans répit pendant 1h, alignant les différents morceaux de leur répertoire, entrecoupé par des solos des différents musiciens du kami-band qui montrera leur niveau impressionnant technique. Le groupe partira, après un Gimme Choco! survolté, pour revenir encore plus fort avec deux morceaux en rappel, dont Ijime, Damme, zettai avant de nous quitter, après 1h20 de concert.

Que penser du concert alors, qui est quand même plutôt court? Malgré la durée, le manque de feeling du groupe, un manque de communication des chanteuses avec son public et le coté ultra-millimétré du concert, on prend un plaisir fou (et presque coupable) devant un tel concert, grâce à une ambiance dans la fosse comme je n’en ai pas vu depuis pas mal de temps. C’est simple, Wotas et métalleux se mélangent à merveille, et communient ensemble devant ce concert là : pogos, slams, et même Wall of Death se fait au milieu de la scène, et montre que la musique japonaise est de plus en plus reconnue et apprécié, et c’est le plus beau message de ce concert.

Setlist :

Babymetal Death
Line!
Uki Uki ★ Midnight
Kami Band Solo
Akumu No Rondo
Onedari Dai Sakusen
Catch Me if You Can
Benitsuki -Akatsuki-
4 no Uta
Megitsune
Doki Doki☆Morning
Gimme Chocolate!!

rappel:
Headbanger!!
Ijime, Damme, Zettai

(Par demande de la production du groupe, aucune photo n’a été prise)

——————————————————————————————————————————

ENGLISH VERSION

I’m a listener of japanese music, and that for several years now, with first of all music bands rather extreme like Maximum The Hormone or Seikima-II then more mainstream band like Perfume, L’arc~en~ciel or the world famous X-Japan. It’s in 2010 that a band called Babymetal appeared for the first time and it was huge! For the first time we heard the mix the most improbable : the encounter between heavy metal and J-pop as you can hear in Passpo or Morning Musume.

So 4 years after their creation and the release of their first album that the trio of the 3 youg singers arrived in our french capital, accompagnied by the Kami-band, the instrumental band accompanying the singers in performance without playback. It’s therefore in the best conditions I could see the band live, especially as La Cigale, without a living specializing rock / heavy metal, is doing quite in terms of acoustic.

He is 19h when the concert begins with an introduction in the form of video, with the concert, and the European tour, including parodies of famous band logos (Megadeth, Metallica, Iron Maiden) sauce Babymetal. The first notes of Babymetal Death sound and the crowd is already white-hot, mosh pits begin with places, wotas (fans of J-pop) with their glow-sticks (light sticks) are agitated at all locations. The group enchainer tirelessly for 1h, aligning the different pieces of their repertoire, interspersed with solos form musicians of the Kamiband who show their impressive technical skills. The band will leave after a Gimme Choco! boosted to come back even stronger with two pieces recall which Ijime, Damme, zettai before we leave after 1:20 concert.

What about the concert then, which is still rather short? Despite the length, lack of feeling of the group, a lack of communication with the audience to the concert, we take a blast (and almost guilty) to such a concert, thanks to an atmosphere in pit as I have not seen for quite some time. It’s simple, and metalheads Wotas blend beautifully, and communion together before the concert there: mosh pits, slams, and even Wall of Death is in the middle of the scene, and shows that Japanese music is increasingly recognized and appreciated, and this is the most beautiful message of this concert.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s