Godzilla de Gareth Edwards

With a purposeful grimace and a terrible sound He pulls the spitting high tension wires down… GODZILLA!

En plus d’être une de mes chansons favorite (de Blue Oyster Cult pour les non connaisseurs), Godzilla, c’est aussi un gros monstre, issu de la culture populaire japonaise. Godzilla à été inventé par Tomoyuki Tanaka et le studio Toho en 1954, qui était a l’époque un paris pour le studio, qui était au point de mettre clé sous porte. Tanaka a ainsi eu l’idée de faire leur version japonaise de tout les films de genre sortant au début des années 50 au USA (au hasard King Kong). C’est ainsi que Godzilla et devenu en un seul film un phénomène de la culture au japon, révolutionnant ainsi les films de Kaiju Eiga (cinéma de monstre en japonnais).

@Toho

De nombreuses suites sont sorties, on en compte une petite 30ne (je vous conseille d’ailleurs entre autre Godzilla Vs Mekagojira, le retour de Godzilla et Godzilla Vs Supergojira), deux séries tv japonaises, un dessin animé américain, et deux remake américian : Le premier de Rolland Emmerich, qui est tout simplement un mauvais film ; et celui dont je vais parler aujourd’hui.

Godzilla (version 2014) est donc un film de Gareth Edwards, réalisateur du très sympathique Monsters que je vous conseille d’ailleurs. On retrouve ici au cast : Aaron Johnson-Taylor (Kick-Ass), Bryan Cranston (Walter White), Ken Watanabe, Elizabeth Olsen, Sally Hawkins

@Warner Bros. France

L’histoire, c’est celle de la famille Brody : Il y a Joe le papa, Sandra la maman, et Ford le fils. Papa et maman travaille dans une centrale nucléaire, et il y un problème… On se retrouve donc 15 ans plus tard, lorsque Ford est un grand garçon, militaire pour l’armée, et a une jolie femme, qui est infirmière, et il y a un monstre qui arrive, et il y a Godzilla qui arrive.

Comme vous pouvez l’apercevoir dans ce petit résumé, le scénario n’est pas le point fort du film, il est même ce qui a failli me faire décrocher du film pendant une bonne grosse partie, le problème est principalement dans les personnages. Les personnages que l’on suit sont en fait encore et encore les mêmes archétypes que l’on voit dans n’importe quel blockbuster depuis le début des années 90, le mari militaire et la femme infirmière, on peut quand même trouver mieux non?

Mais si on arrive pendant une minute a se dire que en fait les personnage dans un film de Godzilla, on s’en fout, alors on prend un grand plaisir, car la réalisation est vraiment bonne, un bon respect de la mythologie Godzilla, et surtout qu’est ce que c’est jouissif de voir des combats de Godzilla!

Donc Godzilla c’est un super film si vous voulez voir Godzilla, donc c’est super bien!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s